Et soudain, voilà le deuxième bébé …

baby-no.2 Le sort des premiers nés, c‘est qu’ils sont les premiers – nés. Celui de tous les suivants, c‘est qu’ils ne sont pas les premiers – nés.  
 

Une multitude d’études a été faite sur le sujet, montrant en quoi l’ordre de naissance pouvait influencer les traits de caractère, gouts et choix susceptibles d’être faits selon votre arrivée dans une famille. Frères et sœurs vivent différentes expériences et chacune comporte des avantages et inconvénients.
 

Pour les parents, voici une liste des principales différences entre avoir un enfant et plusieurs, à la fois pour vous, et pour vous enfants.  

Doublement fatiguée

Vous souvenez-vous de votre état de fatigue lors de votre première grossesse et pour l’arrivée du bébé? Cela sera multiplié par 500 pour chaque enfant suivant.
La conséquence de cette fatigue sur l’enfant, et en particulier sur l’ainé, est que vous êtes soudainement trop fatiguée pour faire ce que vous aviez l‘habitude de faire auparavant avec lui. Cela peut être un choc, même s’il s’y habituera. Le deuxième bébé , qui ne vous aura pas connu différemment, supposera simplement que vous avez toujours été ainsi. Pensez à penser à vous !

Pas assez de main

Pas vraiment pratique: avoir plus d’enfants ne nous permet pas d’avoir plus de bras. On aurait pu penser que la nature nous aiderait un peu, mais non! Lorsque vous avez un enfant, vous disposez de deux mains pour gérer les gigotements, pipis et pleurs. Avec deux enfants, les choses se compliquent et il y a souvent une file d’attente pour que maman soit en mesure de faire tout ce dont elle a besoin. Des modes de garde peuvent cependant vous aider à gérer tout cela.

L’avantage pour l’enfant, selon moi, est qu’il sera plus en mesure de patienter et s’habituera à attendre, et cela dès le plus jeune âge. Ceci n’est probablement pas une mauvaise chose.

Je connais, je connais

L’arrivée du deuxième enfant apportera moins de surprise que celle du premier. Je ne dis en aucun cas que ce n’est pas incroyable quand ils sourient pour la premiere fois, ont leur premiere dent, font leurs premiers pas car ca l’est. Incroyable ! Mais ce n’est pas la toute première fois. La bonne nouvelle est que vous connaissez tout ca et que vous êtes ainsi plus détendue à ce sujet et pouvez simplement apprécier et profiter, plutôt que de pleurer de joie ou paniquer s’ils foncent tout droit dans un arbre.

Photos manquantes

Le nombre de photos que vous prenez de vos enfants diminue de 50% avec chaque enfant. Nous avons environ 20 albums de notre aîné, mais très peu de notre troisième-né. Une bonne idée serait au moins d’essayer de prendre des photos de chacun d’eux. Au moins pour prouver que vous faisiez attention…

Moins important ?

Les enfants les plus âgés ont tout fait les premiers et ont pu apprécier être le centre d’attention des parents. Les frères et sœurs plus jeunes peuvent penser qu’ils n’arriveront pas à égaler le niveau. Nous ne pouvons pas faire grand-chose a ce sujet, a l’exception de continuer de les rassurer et leur dire que malgré leurs différences, ils sont tout aussi incroyables et fabuleux, et tout aussi ennuyeux et difficile. Et nous les aimons tout autant, et pour toujours.

C’est facile!

Le grand avantage de tout ce que vous faites avec l’enfant numéro 2, 3 et plus (si vous êtes sure de vous!), est bien que vous avez fait tout cela avant, de sorte que vous êtes beaucoup plus détendue. Même porter votre bébé est assez terrifiant la première fois que vous le faites. Au moment ou le deuxième arrive dans la famille, vous pouvez déjà le tenir à bout de bras tout en poussant l’ainé sur la balançoire et même parler a votre meilleure amie au téléphone en même temps ! Je suis sûre que cette attitude détendue déteint sur l’enfant, ce qui est une bonne chose. Ils savent que vous allez bien, donc ils vont bien.

Ce n’est pas juste!!

L’une des plus grandes injustices de la vie est bien qu’elle n’est pas juste. Même si nous voulons traiter nos enfants de la même façon, le fait est que lorsque nous sommes fatigués, et nous avons essayé de dire non plus d’une centaine de fois déjà, nous abandonnons simplement, cédons et disons OUI ! Donc, quand l’aîné a du se battre pour chaque soirée pyjama, chaque barre de chocolat, et chaque vêtement sortant de l‘ordinaire, les plus jeunes s’en tireront sans difficulté, car le chemin a été lissée sur par leurs frères et sœurs, et surtout parce que vous ne vous ennuyez plus a débattre avec eux.
 
 



Commenter cet article.
*

*