Gestion des conflits : 16 conseils pour un Noël sans disputes – Partie 3

Douce nuit, sainte nuit ? La chaleur humaine n’est pas toujours au rendez-vous à Noël. Des situations délicates existent dans de nombreuses familles...

Douce nuit, sainte nuit ? La chaleur humaine n’est pas toujours au rendez-vous à Noël. Des situations délicates existent dans de nombreuses familles … Connaissez-vous ces thèmes qui ont tendance à créer des conflits ? Et savez-vous comment avoir une bonne gestion des conflits ?
Les employés de Care.com sont aussi de simples humains – des personnes qui vont passer Noël avec leur famille et connaître les situations de conflits familiaux…
C’est pourquoi nous avons demandé à nos collègues les sujets sensibles qui sont fréquemment abordés lors de la fête de Noël, et nous avons aussi interrogé l’expert en communication Peter Rach pour savoir quels sont les stratégies pour gérer les conflits ou même les éviter. Le résultat : la solution miracle est l’humour !

9. Le problème : Pas besoin de faire des cadeaux !

Les cadeaux sont là, alors qu’ils ne devraient pas. Ou vice versa. Ou le cadeau ne plaît pas. Cela conduit alors à des plaintes, les enfants roulent au sol et se mettent à pleurer.
Comment gérer les conflits de ce type …
Principe numéro un, pour avoir moins de stress avec les cadeaux, il existe une solution bien pratique: chaque personne doit offrir un cadeau à une seule personne et ainsi il n’y aura pas de cadeaux inutiles. Pour que les enfants ne soient pas trop gâtés ni malheureux de leurs cadeaux, les parents et la famille doivent planifier à l’avance qui offre quoi et surtout les enfants doivent être conscients qu’ils ne peuvent pas toujours tout avoir. Une excellente alternative est d’organiser une sortie spéciale en famille au lieu de faire des cadeaux coûteux et peu inspirés (oui – en plus de la fête de Noël). Ce serait quelque chose de vraiment apprécié par tous!

10. Le problème: la paix, la joie et les crêpes

Vraiment pas de chance. Alex est énervé parce que Marie ne l’a pas inclus dans l’élaboration du programme des vacances d’hiver. Marie se rend compte que quelque chose ne va pas et ne comprend vraiment pas l’agressivité passive d’Alex. Eh bien … maintenant, les deux font contre mauvaise fortune bon cœur – c’est Noël après tout.

Gestion des conflits de ce type…

Peter Rach prévient: « Attention – danger. Il ne faut pas laisser pourrir les conflits familiaux, car ils peuvent alors éclater à tout moment sans prévenir. C’est, de plus, embarrassant pour toute la famille. À la fin les frères et sœurs, les cousins et cousines vont prendre parti. Cela peut ensuite provoquer une rancune réciproque qui va durer pendant plusieurs années. Quand comme dans le cas présenté ici, il y a de l’eau dans le gaz, Alex, qui boude, devrait d’abord se demander: « En quoi suis-je concerné par ceci, cela vaut-il vraiment la peine de faire la tête ? » Cela facilite alors la célébration de la fête de Noël.

Les couples unis savent gérer les conflits en quelques minutes en se concertant calmement. Noël n’est certainement pas la bonne occasion pour résoudre les problèmes personnels que l’on peut avoir avec certains membres de la famille. Alors que Grand-mère est là, elle qui n’a rien à voir avec tout cela. Les questions à controverse peuvent être évitées et les différends devraient être clarifiés en petit comité à un moment calme, non le soir de Noël. Peter Rach rappelle que la colère participe souvent à aggraver les tensions réciproques. Peut-être qu’Alex est juste malheureux parce qu’il passe trop peu de temps avec Marie ? Quand il y a toutefois des disputes à la fête de Noël, une famille unie et proche saura quand même que la famille c’est sacré : malgré les opinions différentes, on s’aime tous.

11. Gestion des conflits du type : la famille avant tout !

Antoine est de retour à la maison après 10 mois d’absence et aimerait voir, en plus de sa famille, ses vieux amis. Il a également annoncé qu’il viendrait avec sa nouvelle petite amie que personne ne connaît encore. Sa Maman, Joséphine, monte sur ses grands chevaux quand elle entend cela. Avant qu’elle raccroche le téléphone d’énervement, elle siffle encore: « Noël est une fête de famille ! ».

Comment résoudre ce souci …

La question de savoir si « la famille élargie » doit prendre part aux célébrations doit être clarifiée à l’avance. En outre, même si cela brise le cœur de Maman : l’ouverture de la famille à de nouveaux membres fait partie de la vie. Et cela marche aussi pour Antoine : il peut éviter de s’absenter à la veille de Noël ou de faire le mur – comme quand il était plus jeune – quand tout le monde dort.




Quelques conseils supplémentaires de Peter Rach pour une gestion des conflits à Noël (11 à 16) :

  • Pour chaque relation, la formule suivante est applicable : soyez généreux dans l’approbation, et économe dans la contradiction. C’est une bonne façon de gérer les conflits.
  • Demandez-vous avant: « Qu’est-ce que je veux vraiment ? Pour moi ? Et pour les autres ? » Et comportez-vous en conséquence. Si vous une relation avec un proche vous tient à cœur, sachez faire des compromis et éviter les scènes.
  • Soyez toujours ouverts aux conseils, même s’ils paraissent un peu crâneurs : Écoutez-les, essayez d’en comprendre la raison et réfléchissez-y. A la fin, vous pouvez décider de ce que vous en faites vous-même. Parfois, il peut être souhaitable d’expliquer à la personne qui vous a donné le conseil la raison pour laquelle vous ne l’avez pas suivi.
  • Contre le stress de Noël : Ce conseil est très personnel. Demandez-vous ce qui a généré du stress pour vous. Est-ce que la période de Noël vous a également stressée auparavant ? Comment pouvez-vous y remédier ? Et si je veux avoir moins de stress, que dois-je faire ?
  • Les réponses à toutes ces questions sont aussi variées que les gens sont différents. Dans tous les cas il ne faut pas que vous vous érigiez en victime face à ce qui est arrivé. Demandez-vous quelle est votre part de responsabilité et ce que vous pouvez faire pour changer.



  • Commenter cet article.
    *

    *